Jérémy Cundekovic | Mémoire / Dissertation

PhilippeLeBeauJérémy Cundekovic, « Réalité, modalités et visibilité d’une mode vestimentaire : la mode du noir à la cour des Pays-Bas bourguignons sous Philippe le Beau (1496 – 1506). »

Mémoire de M1 Recherche réalisé sous la direction de Marjorie Meiss-Even (Université de Lille, laboratoire IRHiS). Soutenu en juin 2015. Consultable à la bibliothèque du laboratoire.

Résumé de l’auteur: « Cette étude prend pour objet la question de la mode du noir à la cour des Pays-Bas bourguignons. Phénomène souvent évoqué, la mode du noir, qui semble apparaître à la cour des ducs de Bourgogne dès le principat de Philippe le Bon, est en réalité bien mal connue. Souvent évoquée par l’historiographie comme une réalité de l’univers curial bourguignon, ce postulat largement admis s’est en fait principalement fondé sur une analyse empirique des tableaux et portraits flamands du XVe siècle, riches en personnages de toutes conditions habillés de noir. Cette sur-représentation de vêtements noirs a donc orienté les historiens vers l’idée d’une mode du noir à la cour de Bourgogne.

Pourtant, rares sont les études qui ont analysé ce phénomène en s’appuyant sur les sources écrites, notamment celles de la comptabilité bourguignonne, très complète et bien conservée, permettant de mesurer et d’observer la consommation vestimentaire, textile et chromatique de cette cour.

Prenant place dans la dernière décennie du principat de Philippe le Beau (1496 – 1506), l’étude vise tout d’abord à vérifier ce postulat historiographique, s’interrogeant sur la réalité d’une mode du noir dans l’entourage du duc à l’orée du XVIe siècle. Cependant, plus que de simplement voir si cette cour s’habillait bien en noir, ce travail cherche aussi à définir ce phénomène et à en comprendre les caractéristiques, ainsi que les enjeux et les limites qui l’entourent, tant en matière de modalités de port (de temps, de lieux, de circonstance, etc.) que de visibilité (matérialité, qualité visuelle, association des couleurs, etc.), tendant vers une analyse la plus complète possible du dispositif vestimentaire bourguignon.

A mi-chemin entre culture matérielle, culture visuelle et histoire des cours, ce mémoire ouvre sur des problématiques qui visent à replacer cette mode, mais aussi les pratiques vestimentaires en général, dans une perspective et une conjoncture bien plus larges qu’une simple question de goût. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *