Pelage et plumage. Quand l’animal prend de l’étoffe | Publication

image1596

Source : AFET.

VÉRON-DENISE, Danièle (dir.). Actes des Journées d’Étude de l’Association Française pour l’Étude des Textiles (Moulins, Centre national du costume de scène, 21 et 22 nov. 2014), Sépia et AFET, 2015.

Sommaire : Avant-propos, Marguerite Coppens, Présidente de l’AFET

 DE LA MATIÈRE A L’USAGE

  1. De quelques particularités d’un métier ancestral méconnu. Regards d’une professionnelle poitevine de la fourrure

Nicole Visse, Historienne-Ethnologue. Fourreur

  1. La fourrure dans la vie quotidienne des Québécois au XXe siècle

Jocelyne Mathieu, Professeure d’Ethnologie, Université Laval, Québec

  1. Dans l’Egypte antique, léopard ou guépard, une question de taches

Jennifer Romion, Docteure en Égyptologie, Université Paul Valéry, Montpellier

  1. Pelage, et parfois plumage, imitations et tissage d’après quelques sources manuscrites ou imprimées des XVIIIe et XIXe siècles

Jean-Paul Leclercq, Ancien conservateur au Musée des Arts Décoratifs, Paris

  1. Impressions félines

Christine Schweizer-Simac, Designer – Docteur de l’Université de Haute-Alsace

USAGES CODIFIES

  1. Fourrure ou pilosité ? Un trouble dans l’apparence. Portraits peints italiens des XVe et XVIe siècle

Catherine Vermorel, Docteur en Histoire de l’art moderne, Chercheur associée au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes)

  1. Champs de bataille ou basse-cours : quand les armées se jaugent. Fourrure et plumes dans les uniformes militaires ; un état de la question

Pierre Lierneux, Expert au Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire, Bruxelles

  1. La fourrure portée par les ecclésiastiques, du confort à la coquetterie

Bernard Berthod, Conservateur du Musée d’art religieux de Fourvière (Lyon)

  1. L’ars plumaria en Amérique au XVIe siècle. Un art mineur?

Jérôme Thomas, CRISES. Université Paul-Valéry Montpellier III

AU FIL DES MODES

  1. La fourrure à Byzance

Marielle Martiniani-Reber, Conservatrice en chef, Musée d’Art et d’Histoire de Genève

  1. Fourrures médiévales : le poil de la bête

Odile Blanc, Responsable de la documentation au service Restauration de l’Institut national du Patrimoine de Paris

  1. Sauvage et martial, exotique et fantaisiste, le goût pour les peaux de léopard aux XVIIIe et XIXe siècles

Vincent Cochet, Conservateur du patrimoine au château de Fontainebleau

  1. La fourrure ou la phtisie ? L’usage de la fourrure dans le costume féminin du premier tiers du XIXe siècle

Marguerite Coppens, Chef de département, Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, Présidente de l’AFET

  1. Du faisan au phœnix. L’usage des plumes par Alexander McQueen

Elsa Chanforan, Doctorante, Université de Perpignan


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *